le micro onde en questions?

Publié le par magicmina.passion nature..

le micro onde en questions?

si vous vous posez encore des questions

article copié sur consoglobe

Le four à micro-ondes : pas si mauvais que ça

09/2013http://http://www.consoglobe.com/le-four-a-micro-ondes-pas-si-mauvais-que-ca-cg/2

Le four à micro-ondes est présent dans énormément de cuisines. Facile d’utilisation et ultra-rapide à l’usage, il a facilité la vie de nombreuses personnes.

Si le four à micro-ondes a longtemps eu mauvaise presse du fait de son impact potentiel sur la santé et l’environnement, il est aujourd’hui toujours mieux accepté, à mesure que les gens passent moins de temps derrière les fourneaux. Qu’en est-il ? Le four à micro-ondes est-il si néfaste que cela pour l’environnement ?

Il s’avère qu’en certaines circonstances, ce serait même plutôt le contraire.

Le four à micro-ondes, à privilégier pour les petites portions

Il faut savoir que la cuisson des aliments ne constitue qu’une portion congrue (sic) de la consommation électrique domestique.

Comparée au chauffage ou à l’éclairage, la cuisson ne pèse pas bien lourd sur la facture électrique d’un foyer. Les fours à micro-ondes sont en fait moins gourmands en énergie électrique que les fours électriques « classiques ».

Un four électrique classique n’a besoin en moyenne que de 3000 watts alors qu’un four à micro-ondes a besoin d’environ moitié moins.

Et, étant donné qu’il faut moins de temps pour cuire un aliment au four à micro-ondes, la consommation électrique est de facto bien plus modeste.

Le four micro-ondes est-il bon pour la santé et les aliments ?

Quel est l’impact sur la santé ou les aliments du four micro-ondes ?

Le sujet a fait l’objet de plusieurs études. Certaines études ont été menées pour analyser les effets indésirables possibles des fours à micro-ondes sur la santé. Des études qui ont été examinées par des scientifiques de Santé Canada, ne révèlent aucun signe de toxicité ou de cancérogénicité.

Par exemple, une étude réalisée en 1991 par Hans Hertel et Bernard H. Blanc aurait montré une augmentation anormale du nombre de leucocytes dans le sang de personnes ayant consommé des aliments cuits aux micro-ondes. Cette étude et cette information n’ont pas été validées par d’autres études scientifiques.

Les problèmes de santé et de sécurité associés à la cuisson au micro-ondes sont généralement semblables à ceux liés à d’autres modes de cuisson, dont les fours conventionnels, les éléments chauffants des cuisinières et les grils. Par exemple, chaque mode de cuisson a une incidence sur la teneur en nutriment des aliments. Plus la cuisson est excessive, plus les nutriments sont affectés.

La cuisson au micro-ondes a tendance à moins altérer les nutriments que les modes de cuisson traditionnels étant donné la réduction du temps de cuisson et de la quantité d’eau utilisée. Afin d’aider à préserver les nutriments lors de la cuisson au micro-ondes, utilisez des techniques qui favorisent la distribution uniforme de la chaleur. Cela permettra de prévenir l’apparition de points chauds, signes d’une possible surcuisson. La section Réduire les risques précise comment favoriser une distribution uniforme de la chaleur.

Selon le magazine Science et Avenir (01/09/2006, no 715, p.38-39)

  • tous les types de cuisson (vapeur, eau et micro-ondes) font perdre aux aliments une partie de leurs qualités nutritionnelles, leur apport à l’organisme serait donc amoindri.
  • La cuisson des aliments aux micro-ondes ne fait pas naître de sous-produits toxiques.
  • la cuisson des aliments aux micro-ondes ne les rend pas cancérogènes
  • Le micro-ondes, parfait pour les petites quantités La consommation électrique des fours à micro-ondes est optimisée lorsqu’il s’agit de faire cuire de petites quantités. Choisir le micro-ondes : avant tout une affaire de goût Micro-ondes = moins de vaisselle et d’emballages

    Lorsque les portions réchauffées sont plus grandes, la différence de consommation électrique entre un four à micro-ondes et un four électrique « classique » s’estompe quelque peu. Selon une étude suédoise*, la consommation électrique n’est alors que 2,5 fois supérieure. Mais, lorsque la portion est plus petite, la consommation d’un four classique peut aller jusqu’à être près de 10 fois supérieure à celle d’un four à micro-ondes.

    Il y a également d’autres avantages à l’utilisation du four à micro-ondes. Il y a tout d’abord moins de déperdition de chaleur dans l’air (n’oublions pas qu’il y a souvent un réfrigérateur à proximité immédiate du four).

    Autre avantage : le fait de réchauffer directement les aliments dans l’assiette réduit le nombre d’ustensiles à récurer et à laver par la suite.

    D’un autre côté, les emballages des plats surgelés que l’on réchauffe au micro-ondes sont une source importante de déchets : le carton d’emballage, le film plastique et souvent une barquette en carton plastifié contenant la pitance surgelée.

    Et les aliments spécial micro-ondes ne sont pas forcément les plus goûteux et les plus sains qui soient, il faut bien le reconnaître.

    Le choix du micro-ondes n’est donc pas forcément la pire chose qui puisse arriver à l’environnement, ou tout du moins, en utiliser un de temps en temps ne constitue pas une ignominie écologique.

*

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article