visite au jardin d'Elie

Publié le par magicmina.passion nature..

hier après midi,une agréable visite au jardin d'Elie,avec une étude de plusieurs plantes,

que l'on dit sauvages,un herboriste nous a guidé,j'étais aux anges j'ai adoré,ce moment

le jardin dégage,de la  sérénité,on s'y sent bien,si vous passez dans le Var,n'hésitez pas ....

le site ici link

 

 

et pour info voilà qui est Elie Alexis,

 

 

 

 

 

CONSTRUCTION

A l'age de vingt ans Élie Alexis créé en 1928 le jardin "les rocailles", passionné par la nature depuis sa plus jeune enfance.

Il achète une première parcelle, puis en 1935 et 1940 il agrandit son jardin aux dimensions que nous connaissons aujourd'hui. 

Au fil du temps il défriche, restaure les restanques, et transporte des tonnes de terre et de pierres pour aménager les rocailles.

Il choisit de planter des cultures compatibles avec l'aridité du terrain.

Grâce à son jardin Élie fait la connaissance de philosophes, écrivains, naturalistes, botanistes, géologues, peintres.

Élie fait le choix de vivre de son jardin, et développe les cultures alimentaires, verger potager apiculture et un élevage de poules et de lapins. il produit des onguents à base de produits naturels, des liqueurs des gelées et confitures.

Il acclimate de nombreuses plantes, sème, bouture, multiplie, avec les contraintes d'un jardin sec. il devient en 1950  membre de la société des sciences naturelles de Toulon et du Var.

Élie Alexis est décédé en 1989, à l'age de 81 ans, laissant une oeuvre de toute une vie, une collection botanique rare et une histoire que l'on raconte toujours. 

Intérêt scientifique du jardin botanique « les rocailles », à La Roquebrussanne

Laissons parler son fondateur (1932), Elie Alexis :

« Ayant maintes fois parcouru en tous sens le massif dolomitique de la Loube j’ai toujours été émerveillé par la richesse de la flore qu’on rencontre sur un espace en somme assez réduit.[…]Il y a près de vingt ans l’idée m’est venue de grouper sur une vaste terrasse inclinée en plein soleil, les plantes les plus décoratives qui poussent spontanément sur cette montagne.

Au printemps ces groupes de plantes sont brillamment colorées […]le profane a peine à croire qu’il s’agit d’éléments de la flore locale » Par la suite il a su mêler aux plantes indigènes des espèces venant d’autres pays, qu’il a su acclimater, pour en compléter l’effet décoratif.

« En plus de l’effet ornemental l’expérience tentée ici offre d’autres avantages. Au printemps de nombreux insectes, coléoptères et papillons sont attirés par les colonies de plantes fleuries. J’ai capturé sur place près de deux cents espèces de coléoptères… »

Il a crée une rocaille dite « aride » en y acclimatant des Cactées et autres succulentes ; certaines sont encore en place, bien vivantes. Une serre lui a permis de cultiver les plus fragiles.

Quelques zones de végétation spontanée ont été préservées, maintenant une biodiversité favorisant une lutte biologique contre les  prédateurs indésirables.

Quelques réserves d’eau, pour arroser -avec économie- son potager et ses nouvelles plantations, constituaient un autre terrain d’observation de la nature.

Depuis la disparition d’Elie Alexis, l’association «  sauvegarde du jardin d’Elie Alexis », a tout comme lui, implanté de nouvelles espèces, à la fois adaptées à la sècheresse et très décoratives (collection de cistes par ex.).

Ce site recèle plusieurs micro-milieux, constituant de riches terrains d’observation. Le jardinier veille au maintien de la biodiversité.

Faire connaître les plantes de notre environnement immédiat, et de lieux plus lointains, et les liens qui existent avec leur milieu, reste toujours notre préoccupation.

Divers aspects de la biologie de ces plantes peuvent être abordés au cours des visites (résistance à la sècheresse, reproduction et dissémination des fruits et graines, cycle de vie…)

Durant les visites il est fréquent, selon les saisons de croiser d’autres « visiteurs », insectes, arachnides, escargots etc. ; si, rares sont les vertébrés à se manifester dans la journée (lézards, concert de batraciens dans le lointain, oiseaux –le jardin est un refuge de la L.P.O.-…) on peut essayer de les  identifier aux traces qu’ils laissent : crottes, mues de la couleuvre d’Esculape etc ...

Nous espérons amener tous les publics, enfants et adultes à prendre conscience de l’importance des végétaux dans notre quotidien, et que leur préservation est capitale : dans ce jardin sont présentes des espèces protégées.

 

Danielle PICHON

Bénévole référent technique au jardin.

 

http://www.lejardindelie.fr/images/elie%20alexis%201980.jpg.JPG

merci Monsieur Elie,pour cet héritage

 



 



Publié dans partage ..divers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vert.citron 19/04/2012 16:24


hihi, je croyais que tu parlais d'elie une blogueuse queje connais!^^


je ne connais donc pas cet elie là, a decouvrir donc!

magicmina.passion nature.. 19/04/2012 16:46



il n'est plus mais il a laissé un joli héritage..je connais Elie elle a aussi un joli jardin



ecureuilbleu 17/04/2012 21:56


Je découvre grâce à toi Elie et son jardin. C'est effectivement un bel héritage...

magicmina.passion nature.. 19/04/2012 16:42



c'est le but de nos blogs,c'est cela qui est super



timilo 16/04/2012 06:17


Un jardin comme je les aime , un lieu ouvert magique où l'on peut partager 


J'aimerais bien le visiter


Doux et agréable Lundi Josie


Bisous


 


timilo

magicmina.passion nature.. 17/04/2012 09:00



oui ,la visite était agréable bisous Timilo